slider-coyote

Test du boîtier Coyote

On revient encore une fois sur le sujet des avertisseurs de radars assistants d’aide à la conduite, avec le test d’un boitier et non des moindres : le Coyote !
Vous le savez, déceler les zones de contrôle est devenue une véritable passion pour moi. Après vous avoir proposé une carte des radars autour de Rennes, le test de l’Inforad Smart, du Wikango Max et un comparatif des solutions pour Smartphone, voici la présentation du leader français.

Le matos !

Le packaging est très compact et à peine plus grand que le produit et très soigné. À l’intérieur de la boîte on trouve le boîtier, un câble de recharge micro usb standard, un aimant de fixation à coller sur le tableau de bord, ainsi qu’un chargeur allume cigare et un support de fixation !

 IMG_0102

C’est très simple d’utilisation et d’installation, et ça ne défigure pas le tableau de bord. Deux fixations sont envisageables : sur une surface verticale ou une surface horizontale. Dans les deux cas c’est une pastille ou aimant adhésifs qu’il faut fixer quelque part sur votre tableau de bord. Pas de grosse ventouse toute moche. Le câble usb est plus long que chez les concurrents, un détail mais cela permet de fixer le Coyote n’importe ou en dissimulant le câble aisément ! Le design du boîtier est très classe. Le haut-parleur est recouvert de métal, il n’y a pas de vis apparentes, et la face avant est constituée d’une unique surface vitrée qui comprend le cadre et l’écran tactile.

IDS-BERTRAND-MEDAS-COYOTE-1

L’écran tactile, parlons en tiens. C’est LE gros point faible du produit. Il réagit mal et il faut parfois s’y reprendre à plusieurs fois pour naviguer dans un menu ou signaler un évènement, c’est dommage. À ce jour, c’est le seul assistant d’aide à la conduite proposant un écran tactile. D’après les différents avis que j’ai pu trouver sur le net, il semble que Coyote améliore constamment la réactivité de l’écran grâce aux mises à jour du produit.

L’interface

L’interface est intuitive, et il existe deux profils d’utilisation : Essentiel et Expert. Le premier se contente d’afficher la vitesse du véhicule, les limitations, le nombre d’éclaireurs et le nom de la route. Alors que le second affiche en plus du premier, l’indice de confiance des éclaireurs vous précédant et la distance ou le temps avec le dernier devant vous.

Au delà des profils, il y a aussi deux thèmes. Le premier Classic ressemble un peu à l’interface de l’application iCoyote, et le deuxième Cadran, plus classe et intuitif présente les données différemment. Pour vous donner une idée de ce à quoi cela ressemble voici un petit comparatif.

Capture d’écran 2013-10-27 à 19.17.00

En ce qui concerne les autres affichages, il y a celui qui permet l’accès aux menus de l’appareil. Il n’est accessible qu’à l’arrêt du véhicule, question de sécurité. Il y a aussi l’écran de route principale et l’écran de route secondaire. Ce sont les deux premières captures sur l’image ci-dessous. Le mode prévisions, est accessible lui uniquement en mode expert, il permet de jeter un coup d’oeil aux évènements arrivant sur les 30 prochains kilomètres.

IDS-BERTRAND-MEDAS-COYOTE-INTERFACE-21

Les signalements

Comme tous les assistants d’aide à la conduite légaux, Coyote signale les alertes durant 4km sur autoroute, 2km sur les axes dont la vitesse est comprise entre 51 et 130km/h et 500m en ville. La traduction est subtile, une zone à risque comporte souvent un radar mobile et une zone de danger un radar fixe. En plus des zones à risque/danger, vous pouvez aussi annoncer et recevoir des perturbations. Objet sur la voie, véhicule arrêté, ralentissement, conditions dangereuses et accident.

IDS-BERTRAND-MEDAS-COYOTE-4

Le signalement des ralentissements ne permet pas (comme sur un GPS Tomtom équipé d’HD Traffic ou une application comme Waze) de définir un itinéraire de délestage puisque ce n’est pas sa fonction. Il permet juste d’anticiper un gros coup de frein ou, si vous êtes sur un itinéraire que vous connaissez bien, d’anticiper vous même une bifurcation.

La communauté

Il est grandement temps d’en parler car c’est LE gros point fort du Coyote, sa communauté de dingue. Elle est juste incomparable à tous les autres boîtiers et applications. Il y a un monde fou et des confirmations en pagaille.

Sachez que la communauté Coyote est la même que celle de l’application iCoyote. En moyenne sur une nationale, comptez de 20 à 30 coyotes devant vous sur la demi-heure, soit un automobiliste qui passe toutes les minutes.. Et bien sur en soirée sur ma petite rocade rennaise, j’atteins facilement les 50 coyotes. Difficile d’avoir la chance de signaler une zone à risque, en effet, cela fait plusieurs années que j’utilise Coyote et l’application mobile, et je n’ai que rarement réussi à signaler en premier. Reste la possibilité de confirmer !

Une petite capture réalisée un soir sur l’application iPhone montre plus de 100 confirmations dont la dernière il y a moins d’une minute.. On a déjà frôlé les 200, et on est toujours à Rennes..

IMG_0156

Enfin cela fonctionne aussi très bien en ville, où il y a beaucoup de Coyotes. Voici peut-être une explication au fait que le Coyote soit meilleur que pas mal d’applications en mode urbain… La communauté n’a pas à brancher/débrancher un boîtier, contrairement à un Smartphone qu’il faut fixer à son support et sur lequel il faut lancer l’appli. Pour un trajet urbain de 10 minutes c’est pénible à faire, et on retrouverait plus d’éclaireurs sur les grands axes propices aux longs trajets. Vous l’aurez compris, rien à brancher, il s’allume et s’éteint avec le contact du véhicule.

Les fonctionnalités

Nouveauté sur ce boîtier, la reconnaissance vocale. Elle permet de confirmer ou d’infirmer une alerte. Pratique, pas besoin d’aller tapoter l’écran et heureusement tant il est capricieux. En pratique ça marche plutôt bien, malgré un temps de latence assez important.

Le Coyote fonctionne partout en Europe et c’est vraiment génial de pouvoir l’utiliser dans des pays où l’on ne sait pas à quoi ressemblent les radars automatiques et les planques des forces de l’ordre. Sachez qu’il s’adapte parfaitement aux réglementations des différents pays. J’ai pu le tester en Belgique et en Allemagne durant un week-end et là bas les zones se transforment clairement en radars fixes et radars mobiles ! C’est juste excellent !

IMG_0203

Les limitations de vitesses de toutes les routes d’Europe sont basées sur une cartographie Navteq intégrée à l’appareil. Bien que mises à jour elles peuvent comporter des erreurs, il y a donc possibilité aux utilisateurs de remonter les bonnes limitations directement depuis le boîtier. En ce qui concerne les zones de dangers, elles sont mises à jour quotidiennement et un message affiche le nombre de zones ajoutées chaque jour au démarrage de l’appareil.

Un petit truc sympa bien que logique, sur les routes à vitesse non limitée en Allemagne, le Coyote affiche.. un blanc !

IMG_0174

Finalement

Vous l’aurez compris, le Coyote est aujourd’hui le meilleur assistant d’aide à la conduite en France et ses concurrents ont encore du boulot pour le rattraper. En plus de proposer une interface et des fonctionnalités uniques, il dispose de la meilleure communauté que ce soit sur autoroute et en agglomération. Une fois qu’on l’a essayé on ne peut plus s’en séparer !

Malheureusement un service avec autant de qualités a un prix et n’est disponible qu’avec un abonnement mensuel ou annuel. Je regrette l’absence d’une offre avec boîtier et abonnement à vie même à prix fort..

Plus d’infos sur les tarifs et surtout le boitier avec 3 mois d’abonnements offerts pour 99€ sur le site officiel de Coyote ou chez Amazon au même tarif !